NON à la suppression d’emplois à SAVIEL ! Un moratoire sur les licenciements doit être acté pour qu’une solution puisse être trouvée afin de maintenir l’activité sur ce site.

NON à la suppression d’emplois à SAVIEL !               Un moratoire sur les licenciements doit être acté pour qu’une solution puisse être trouvée afin de maintenir l’activité sur ce site.

Cette entreprise est une unité de production de la SA Saviel France, qui est une filiale du groupe Intermarché spécialisée dans l’abattage et la transformation de viande.

Le 13 octobre dernier, la direction de l’entreprise faisait part de sa volonté de fermer l’unité de production d’Estillac. Si elle devait être confirmée, cette décision se traduirait par la suppression de 136 emplois et une perte de richesse et de savoir-faire pour notre territoire.

Les raisons invoquées par la direction de l’entreprise ne justifient pas ces suppressions d’emplois. Ni les pertes annoncées sur l’exercice 2020, ni le déficit d’investissement ne sont des arguments sérieux. Les salariés de l’entreprise ne sauraient être tenus pour responsables des choix de gestion du groupe. D’autant moins que les secteurs agroalimentaire et de la grande distribution ne comptent pas parmi les secteurs qui ont vraiment soufferts de la crise sanitaire.

Cette décision est inacceptable.

Le groupe se sert de la crise sanitaire et de ses effets pour accélérer sa restructuration envisagée de longue date.

Le sacrifice des salariés de l’entreprise pour accroître la productivité et la rentabilité financière de l’entreprise est humainement inacceptable.

Agir ainsi après en avoir fait des « héros du quotidien en première ligne contre la covid » lors du premier confinement est passablement cynique.

Par ailleurs, comment accepter qu’une entreprise qui a bénéficié des financements publics, que ce soit par l’utilisation des services intercommunaux de l’Agropole ou par les aides publiques aux entreprises nationales ou territoriales, puisse effacer les emplois et les savoir-faire d’un territoire sans que les pouvoirs publics locaux aient leur mot à dire ?

Cet argent donné aux entreprises est l’argent des contribuables, nous devons avoir notre mot à dire sur les décisions de gestion des entreprises lorsqu’elles affectent l’avenir de nos territoires.

Il est notre responsabilité de créer les conditions permettant de maintenir l’emploi et l’outil de production sur place à Estillac.

Un moratoire sur les licenciements doit être acté pour qu’une solution puisse être trouvée afin de maintenir l’activité sur ce site.

Jean Jacques Mirande Maire adjoint Le Passage d’Agen Responsable départemental de l’Association des élus communistes et républicains

Ce poste a été rédigé par
Les commentaires sont fermés.