Présidentielle

 

Éliminer Le Pen, combattre Macron
Maintenir la gauche debout!

C’est arrivé! L’irresponsabilité politique de ses candidats a effacé la gauche du second tour de la présidentielle.

Ce sera un duel droite/extrême droite. Et, dans tous les cas de figure, la France est condamnée à cinq années supplémentaires d’austérité et de casse sociale.
Avec en prime, pour faire barrage à l’extrême droite, le seul bulletin Macron… un crève-coeur.
Cette situation nous oblige à monter d’un cran la bataille politique et sociale.

D’abord disons-le clairement: jamais les communistes ne laisseront passer l’extrême droite. Nous lui ferons barrage.
Le PCF de Lot-et-Garonne appelle à utiliser le bulletin Macron contre la candidate du FN, le 7 mai prochain et à la battre largement.

Mais jamais non plus, nous ne laisserons l’homme de paille
des marchés financiers s’approprier ce vote. Nous appelons donc, tout aussi fortement, à organiser, dès à présent et à tous les niveaux, la résistance au capital et à la finance, et à tous leurs affidés. Il est urgent de se donner tous les moyens de faire grandir le rapport des forces sociales dans la rue, les entreprises, nos villes et nos villages, dans toutes les luttes.

Les résultats de la gauche (30 %) montrent qu’il y a une base pour cela, une envie de gauche dans le peuple.
Il faut lui donner corps. Dès le 1er Mai, dans la manifestation unitaire du monde du travail, le futur pouvoir doit mesurer que la perspective de régression au service du capital trouvera sur son chemin l’opposition de toute la gauche qui ne renonce pas.

À l’Assemblée nationale, créons les conditions d’un groupe de députés de combat qui soit contre-pouvoir et relais réel de l’intérêt populaire du local au national.

Parmi lesquels les députés communistes qui ont su faire la démonstration de leur radicalité, de leur intégrité et de leur proximité.
Cette montée au front de la bataille sociale ne pourra faire l’économie d’un rassemblement des forces de gauche,
dans leur diversité, pour l’élaboration des contenus et des moyens à engager.

Nous appelons donc à une rencontre départementale de toutes les forces de gauche pour cela. Le temps presse.
Ne lâchons rien de notre cause commune.

Frédéric Rauch